Le parrainage d’un enfant avec l’association Enfant Du Mékong

Le Baroudeuse, Découvertes

Suite à mon voyage en Thaïlande partagé sur mon compte Instagram, tu auras remarqué que j’évoquais ma rencontre avec ma filleule thaïlandaise. J’ai d’ailleurs reçu quelques questions à ce sujet. Comme j’ai beaucoup apprécié cette expérience, je me fais un plaisir de te partager mon avis/impression, mon ressenti et surtout mon notre expérience.

Avant de commencer, je vais faire un petit disclamer avant qu’on me jette des poignées de cailloux  :). J’ai bien conscience qu’en France il y a aussi des personnes et enfants dans le besoin, c’est pour cette raison que plusieurs fois par an je fais aussi des dons dans les associations près de chez moi.

Quand est-ce que j’ai parrainé? & Pourquoi j’ai parrainé?

L’été 2014, la compagne de mon frère se rendait en Thaïlande avec un groupe d’amies pour se rendre utile au  « service » de l’association Enfant Du Mékong pour un peu plus d’un mois.

A leur retour, elles organisaient une sorte de conférence afin de partager leur expérience, de sensibiliser le public aux différences de coutumes, de vie et pourquoi pas au parrainage.

J’ai trouvé leur discours très poignant et tout aussi intéressant. Leurs photos étaient absolument sublimes et témoignaient du partage et de la générosité qu’on rencontre là-bas. J’étais encore étudiante mais j’ai quand même décidé de parrainer une petite fille thaï qui vit dans le village karen de Poblaki près de la frontière birmane en Thaïlande.

En quoi consiste le parrainage?

Si je ne parle que de l’aspect financier cela représente la somme de 25€ par mois (déductibles des impôts). Mais le parrainage ce n’est pas seulement payer une association pour apporter un soutien financier à une famille. C’est partager. Je reçois très régulièrement des dessins de la part de ma filleule envoyée grâce à l’association par la biais des bambous (bénévoles qui font le lien entre le terrain et l’association en France) qui se trouvent sur place. C’est aussi un engagement. En parrainant, je me suis en quelques sortes engagée dans sa vie jusqu’à sa majorité. Le parrainage permet d’aider ses parents à faire vivre la famille, d’étudier, de poursuivre ses études dans une ville éloignée de la sienne dans laquelle elle devra probablement être interne, d’être soigné. A ce sujet mon parrainage lui a permis de se rendre dans un hôpital pour être opérée. Une fois par an, j’envoie à mon tour un petit colis comprenant coloriages, feutres, photos etc …

Comment je vis le parrainage?

C’est une responsabilité. Je prends plaisir à lui envoyer des petites choses pour lui faire plaisir. J’apprécie ce partage & cet échange!

& la rencontre?

En février 2017, mon chéri m’a offert le billet pour la Thaïlande. Suite aux retours de beaucoup de personnes et de blogs, j’avais envie de visiter ce pays. Si tu veux savoir comment organiser une visite de la capitale thaïlandaise, je te renvoie vers mon article où tu trouveras un itinéraire et mes petits plus. J’en ai alors profité pour contacter l’association afin d’organiser une rencontre avec ma filleule.

Tout ça a été possible grâce à Marie, qui était bambou sur place à ce moment-là & au prêtre français en mission sur place. Elle nous a permis de passer plus de 24 heures au village de Poblaki dans la maison de ma filleule. C’était deux jours loin de tout téléphone, ordi, réseau et de toute ville mais près de personnes au grand cœur, patientes et chaleureuses.

Marie (bambou) & ma filleule
Nous avons dormi dans leur maison sous une moustiquaire à même le sol. C’est quelque chose que j’aurais eu beaucoup de mal à imaginer en France mais une fois sur place nous ne pensions même pas au fait de passer 2 jours sans téléphone, sans douche, sans véritable toilettes dans la maison, sans vaisselle propre & isolés au milieu d’une montagne. Je crois qu’une fois sur place, ils font tellement tout pour nous mettre à l’aise que t’en oublies tout petit confort à la française.

La vue au réveil depuis notre chambre de fortune
Nous avions prévu un bagage énorme, pour la famille de ma filleule, rempli de vêtements, de produits d’hygiène et de beauté, d’articles de cheveux, de bijoux de petite fille, de puzzle, de coloriages et de moultes boîtes de crayons de couleur pour l’école du village. Nous avons réussi à réunir tout ça grâce à un appel au don que j’avais organisé sur mon compte Facebook perso auprès de mes amis et de ma famille. Je dois dire que ça a super bien fonctionné! Nous étions ravis de partir avec autant de choses tellement que nous avons dû faire un tri et donner tout le reste aux associations françaises car tout ne contenait pas dans ce bagage.

Une poche remplie de produits d’hygiène/de beauté pour les parents
Petit sac pour ma filleule rempli d’accessoires cheveux
Nous n’attendions rien en retour si ce n’est les rencontrer, vivre comme eux et mettre un visage sur le nom et les dessins de ma filleule mais la famille et les enfants de l’école nous ont gâtés comme jamais: sacs tissés main à foison, tenue officielle des femmes Karens faite à la main. Nous étions gênés car finalement les rôles s’inversaient alors que nous n’étions pas là pour ça. Ils ont fait preuve d’une générosité immense.

Pour communiquer, la prof d’anglais de l’école du village et voisine de notre famille traduisait tout de l’anglais au karen ou bien au thaï quand nous étions avec la famille mais il nous est arrivé d’être seuls avec eux et parvenir à communiquer par les gestes, le sourire … ça, ça n’a pas de prix!

Soirée avec la famille et les petits voisins.
La prof d’anglais et sa fille.
Nous avons partagé leurs repas, leur maison, leur village … tout durant ces 2 jours. Au petit matin les enfants nous ont fait visiter le village, très différent des nôtres forcément avec de jolies petites maisons sur pilotis avec des toits en feuille de palmier, des chemins de terre, des chaussures devant les portes car la tradition veut que l’on marche pieds nus à l’intérieur, des barriques sous les maisons pour la toilette, des animaux partout, une école, une église (avec un prêtre missionnaire français trop drôle), des gens souriants & bienveillants.

Repas chez les voisins avec un autre couple de parrain français & le prêtre.

Maison typique.
L’épicerie de Poblaki.
L’école de Poblaki.

La fameuse barrique/ salle de bain.
Balade avec les enfants de la famille.

Le bonjour thaï.
En parlant de bienveillance, les maisons sont ouvertes sans fenêtre ni porte, nos bagages sont restés dedans en permanence sans que nous n’y sommes forcément et personne n’y a touché. Quand nous avons donné le contenu de la valise à la famille, tous les voisins et enfants étaient présents, personne ne s’est précipité sur nous, non, ils ont attendu que ma filleule reçoive les cadeaux avant de les leur distribuer. Non tu n’es pas dingue, tu as bien lu « distribuer ». Avant de se servir elle a tout partagé avec ses petits voisins et ses sœurs puis elle s’est gardé quelques trucs. Gros choc! Etant prof, je vois des ado en longueur de journée et comment te dire que dans notre société le partage et la générosité ne sont pas number one.

Notre maison d’accueil.
La belle vue au lever derrière la maison.
Distribution des cadeaux aux copains.
Nous avons aussi beaucoup apprécié le fait qu’ils nous apprennent à vivre comme eux en respectant leurs règles de vie. Finalement pendant ce moment passé avec eux, nous étions nous aussi karens.

Après la rencontre?

Le retour au premier aéroport en 4*4 à quatre heures de pistes au milieu des montagnes et des champs a été un moment bilan de notre expérience. Nous nous sommes rendus compte en y vivant, en les rencontrant qu’ici nous nous plaignons trop facilement, que nous sourions peu, que nous ne sommes jamais vraiment contents. Avec rien, nous avons été impressionnés de voir à quel point les thaï peuvent être gentils, généreux, souriants et HEUREUX … et nous aussi! Tous ces traits-là de caractère nous les avons retrouvés y compris dans la capitale donc je ne crois pas que ce soit uniquement dans les villages isolés. Je t’invite à lire mon article précédent sur la Thaïlande et tu verras que le thaï est très généreux.

Ce parrainage, datant d’il y a bientôt 3 ans était mon « projet » et finalement il est devenu celui de mon compagnon je pense qui a été probablment plus ému que moi. Je m’étais faite une idée de ce qui nous attendait avec les gens de l’association avant de m’y rendre, ma belle-soeur, mais lui non. Il a été agréablement surpris par leur mentalité et leur mode de vie & très touché par leurs sourires et générosité.

Je n’arrête pas de repenser à ses super moments puzzle avec les enfants juste avant notre départ.

Et maintenant? Je voudrais toujours plus. Marie, qui est encore sur place, m’écrit pour me dire qu’il leur tarde que l’on y retourne. J’ai aussi beaucoup envie d’y retourner. Je pense que nous y retournerons. En attendant, je leur envoie un livre photo de notre rencontre et de nos échanges, quelques petits cadeaux pour les enfants et du chocolat pour Marie. Mon rêve le plus fou serait de prendre ma filleule, quand elle sera plus grande pour lui faire découvrir son pays et notamment la capitale. En fait, la faire voyager avec nous dans son propre pays. Je réfléchie à des projets aussi à organiser l’an prochain avec mes élèves pour aider le village. Prochainement je fais un apéro-donatoire chez moi. Le principe est d’inviter des gens et de leur proposer de faire un don via un lien pour aider le village.

& toi tu veux parrainer?

Si tu souhaites parrainer, ce qui n’est en rien une obligation, je te laisse le lien de ma page ambassadrice .

Je suis désolée pour la qualité des photos prises avec l’iPhone 6+, l’objectif grand angle Pixter qui rend les photos plus rondes & le peu de luminosité à l’intérieur des maisons.

Si tu as des questions, si tu veux partager une expérience également, laisse un commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre. J’espère que cet article te plait. Pour ma part j’ai plaisir à partager mon notre expérience parrainage et la rencontre avec notre petite filleule thaï, sa famille, son village et sa culture. 

Sawadeekaa!

6 Petits mots sur “Le parrainage d’un enfant avec l’association Enfant Du Mékong

  1. C’est extraordinaire! Si tu en as la possibilité, « choisis » un enfant/famille dans une zone où les « touristes » ont le droit de se rendre pour un jour poser un visage sur les dessins que tu recevras 😉

  2. Quelle expérience !
    Je crois que je vais le faire tres bientôt !
    C’est juste genial !
    Les photos sont géniales !

  3. Merci pour ce joli commentaire. Ce fut un moment très enrichissant en effet 🙂

  4. Un grand merci pour ce beau partage d’expérience. Une très belle expérience enrichissante qui fait grandir et ouvre le cœur comme jamais.
    Bravo !
    Patricia

  5. Merci à vous pour la confiance que vous m’avez accordé. C’est un plaisir pour moi de partager ça avec cette enfant 🙂 Merci pour votre commentaire

  6. Bravo Melissandre Pour ce beau témoignage, pour les photos qui sont très belles (si,si!) et pour ton engagement !
    Je suis heureuse de voir que les petits ruisseaux continuent à faire de grandes rivières et j’espère que grâce à toi, de nombreux enfants trouveront un parrain, une marraine qui changera sa vie, à lui aussi …
    Je reste à ta disposition Si tu as besoin de l’aide de la délégation d’Enfants du Mékong dans le Tarn . Un grand merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *